Après avoir pris Iwo Jima, les américains décident de s'attaquer à Okinawa. Cette importante île rocheuse leur permettrait de disposer de surfaces suffisantes pour faire décoller des B-29. Mais les japonais sont prêts à tous les sacrifices pour la défendre…

Mission 27: Opération "Iceberg"

04 Avril 1945

Heure: 10h00

Amiral Hasley:

Bonjour Messieurs,

nous venons d'arriver à l'Ouest d'Okinawa et nous avons encore besoin de nos services ! Le débarquement a démarré il y a maintenant 3 jours sans vraiment d'opposition de la part des japs. Mais voilà qu'ils refont parlez d'eux ! Nos chars sont bloqués par ces salauds à l'entrée de plusieurs villes ou nous avons 2 poches de résistances: une au Nord et l'autre au Sud.

Vous me ferez 2 groupes au minimum de 4 Dauntless escortés par des Hellcat. Le 1er groupe devra s'occuper du Nord et le 2nd groupe du Sud de l'île. Les villes à bombarder seront repérées par un marqueur au sol: attention à nos troupes !

Les chasseurs peuvent s'ils le désirent prendre des bombes et roquettes. Cependant, ils devront être les premiers à bombarder afin de contrôler l'espace aérien et protéger ensuite nos bombardiers.

Bonne chance Messieurs.

mission_27_2.jpg

Appareils disponibles: SBD-5 et Hellcat

Rapport des pilotes

AV_Gnou

Dispo et position: Hareng 2 (Leader Vicking, Gnou, Lampatex)

Statut fin de mission: Plat-ventre sur la rivière à 2 Km de la base Sud

Revendications:

  • Bombes larguées sur objectif, barbecue confirmé.

Récit: Une nav simple, mais un décollage tourmenté. Attaque de Kamikaze avant même d'avoir pu mettre les gaz… Seul quelques navires en feront les frais, tous les zozios en vol ! Difficile de recoller le Leader à 32” 2200trs, le petit moteur de mon SBD commence à sentir le crâmé. Et ce, malgré le 180 de Vick… sitôt recollé, sitôt distancé… Arf

Heureusement, j'arrive à regrouper définitevement en gagant la côte. Vick finit par trouver les fumigènes de nos troupes au sol… Que la Fête commence !!! Aucun visuel, je suis le Leader dans son piqué, bingo ! Dans la précipitation, je largue le paquet, 3 bombes de 227kg. A l'arrière, Bob laisse éclater sa joie. L'objectif est tout feu, tout flamme… Première mission, réussie !!

On évacue la zone; les mauvaises nouvelles s'enchainent sur la radio. Le Leader de notre escorte y est resté en attaquant les DCA, Vick gravement touché prend un RTB, et le reste de l'escorte est toujours au prise avec 2 bandits.

Je regroupe sur Tex qui a pris les commandes des Harengs. Direction le 2e objectif. La stratégie est simple. Etant à vide, je ferai le lapin pour la DCA pour ouvrir le champ à la dernière bombe de Tex. Ca marche au poil, tellement bien joué mon rôle que Tex m'annonce un panache gris accroché à la queue. Quand je demande confirmation à Bob, je n'ai pour réponse qu'un sombre gémissement… au moins, il est encore vivant.

Il est temps de rentrer à la maison… Impossible de maintenir l'altitude, le moteur répond de moins en moins bien… Je vise les champs devant la base. Finalement, ce sera pour la rivière juste avant. Un peu secoué, mais entier… et Bobo aussi. Les infirmières sont pas loin, tiens bon mon grand !

AV_2Pattes

Dispo et position: Toast n°3 (Leader Riri, n°2 Nyv)

Statut fin de mission: RTB

Revendications:

  • un Ki-100 au dessus de la flotte
  • un Ki-100 sur l'objectif
  • plusieurs chars (roquettes et straffing) sur l'objectif

Récit: Aller, comme ça fait un moment que je néglige ce devoir autruchien, je reprends ma plume (d'autruche ah-ah) pour vous narrer nos exploits.

Une petite mission de soutien sol à nos marines sur Okinawa; que du bonheur. Le groupe Toast (3 Hellcats leadés par Riri) est assigné à l'escorte de 4 SBD qui frapperont au nord. On emmène aussi des roquettes et des grosses bombes, histoire de pas venir les mains vides.

Moteur chaud, check faite, sangles serrées: c'est tout bon ! Eh les gars, mais pourquoi y'a la DCA qui tire ? Et c'est quoi ces avions qui plongent sur nous ? Scramble d'urgence sous attaque kamikaze ! On en part si vite, que je pense à mon dernier cran de volet en roulant sur le pont. Les Toasts décollent sans mal (faut dire qu'on a la chance d'être les premiers).

On grimpe sec, notre leader ayant la présence d'esprit de nous éloigner stratégiquement des japs qui nous surplombent. On essaye bien de garder nos oeufs, mais force est de reconnaitre que notre amnoeuvrabilité en prend un coup, Riri ordonne le larguage. Me sentant soudain tout léger, mon regard vagabonde alentours: un contact cerné par les traçantes dans mes 4h bas. Padlock, je demande au chef si je peux engager: accordé !

Je plonge droit sur mon client, je coupe gentiment à travers son virage, je tente de l'ajuster: un bon 4G pour tirer le bon lead; inutile d'insister, pas la peine d'enrayer mes armes avec un tir aussi aggressif que maladroit. Je relache la pression sur le manche, une ch'tite barrique et un coup de palonnier plus tard, je retombe sur ses six avec un bon avantage énergétique. Un autre F6F a brièvement engagé mon “client” pendant ma manoeuvre, mais sans être décisif; à moi de jouer maintenant. 5° de correction, 250 yards, une rafale d'une demi seconde “pour voir”: gagné, le ki-100 s'enflamme et explose; bien fait !

Plus de bandits en vue, Riri ordonne le regroupement, je rejoins. On forme un joli chotaï en attendant que les SBD s'organise et nous donnent un cap. Puis c'est parti. D'abord en croisière lente, puis en éco, puis en super éco, nous finissont par passer en super éco lente pour ne pas trop larguer nos amis bombardiers. C'est vrai que ces redoutables oiseaux de fer et de feu emporte avec eux près de la moitié de la charge utile de nos Hellcat, c'est normal qu'ils peinent les pauvres !

Pour tromper notre ennui, nous nous amusons à compter les cheveux blancs sur les tempes de Riri en resserrant la formation; je vois d'ailleurs personnellement plusieurs cheveux supplémentaires virer au gris à chaque “esse” de notre leader. Bref, on s'occuppe quoi.

Enfin, l'objectif. Tandis que les SBD passent à l'attaque en deux groupes, nous faisons taire une DCA imprudente à la roquette. Alors que nous regroupons en cherchant d'autres cibles, deux Ki-100 engagent brusquement notre leader: “Riri break bordel !”

Heureusement que les japs n'ont plus que des “bleus” à nous envoyer, parce qu'avec l'avantage qu'ils avaient en début d'engagement, ils auraient pu nous tailler en pièce. Deux manoeuvres plus tard pourtant, les chasseurs sont devenus gibier. Le leader de la paire tente bien une ressource violente pendant que son ailier prend du champ, mais nous contrôlons sans problème. Je me place pour le kill et ouvre le feu pendant que le jap pousse sur le manche. D'autre traçantes à gauche: merde on était deux sur celui-là. Pas de temps de flipper cependant: 1 seconde et demi de rafale qui balaie le ventre offert; le jap explose comme un fruit mûr !

Il ne reste plus qu'à surveiller Nyv qui termine “son” jap avec panache, et fumées. Pendant ce temps, les SBD ratiboisent tranquillement les objectifs au sol. Nous nous joignons à notre tour après avoir repéré quelques blindés. J'en dessoude un à la roquette, et fini même par en exploser en straffing.

100 gallons au compteur, on commence à être short pétrole. Riri demande aux bombardier d'arrêter de faire joujou avec leurs amis japonais et nous rentrons tous à la base. Plus léger, les SBD sont beaucoup plus véloce, nous nous contentons donc de la croisière super éco pour rester à leur niveau.

flotte en vue, nous descendons en formation toujours serrée. En base, nous sommes toujours à moins de 200 yards les uns des autres. Final un peu chaud. Riri rate son brin et remet les gaz, Nyv et moi accrochons sans problème. Sagement rangés au bout du pont, ailes repliées, nous auront le plaisir (un peu sadique) de voir notre chef vénéré Riri faire cinq tours de pistes et avorter une approche pour ne pas s'emplafonner un SBD avant d'accrocher enfin son brin et de payer ses tournées au mess juqu'à 3h du mat'.

Objectifs remplis, aucune perte ni chez nous ni chez les bombers, trois victoires confirmées. Une bonne cuvée !

AV_Iceman

Dispo et position: Doudou n°3 (Ralf Leader, Pecos n°2)

Statut fin de mission: RTB

Revendications:

  • 2 Ki-100 au sud d'Okinawa

Récit:

Notre amiral nous demande d'apporter un soutien à nos tanks qui rencontrent une forte résistance sur l'île.

Nous nous occuperons du Sud d'Okinawa avec les … et leur Dauntless. J'allume le moteur, met 2 crans de volets quand je vois nos batteries anti-aériennes s'activer ! Sur ma gauche, un A6M s'écrase sur un de nos destroyers: Décollage d'urgence et cerclons en grimpant autour de notre flotte. Quelques minutes plus tard, le calme revient, je regarde sur ma gauche et voit un jap en flammes qui tombe dans l'océan…bon je décide de rejoindre les autres qui sont partis sur l'objectif.

Ralf avec son ailier Pecos restent très proches des SBD. Je préfère comme à mon habitude prendre un peu plus d'altitude, et rester en électron libre près du dispo. C'est plutôt calme ce matin, la météo est avec nous aujourd'hui et la visibilité est vraiment bonne.

Nous arrivons sur Okinawa, la flotte d'invasion est là. Je suis juste à la verticale du dispo, quand la dca commence à nous allumer. Ralf se lance, on ne le reverra pas ! J'entends sur la radio que les SBD attaquent les différents objectifs et c'est à ce moment que j'entrevois 2 contacts, juste devant moi. Je largue ma bombe et les roquettes, pousse les gaz à fond et monte en demandant dans l'intervalle à Pecos de me rejoindre.

Ce sont 2 Ki-100 que je croise ! Je vire aussitôt et arrive à me placer dans leur six heures, mais les deux japs décident de monter. Pendant plusieurs minutes, on monte tous les trois, notre altitude dépasse les 20 000 ft ! Pecos est quelque part à côté de moi, je lui indique ma position mais je ne le voit toujours pas.

Je tente 2 tirs de loin sachant que je ne peux les toucher mais juste histoire de leur montrer que je suis toujours là quand soudainement les 2 Ki plonge, je bascule sur le dos pour les suivre mais rapidement ma vitesse se rapproche de la Vne, mon avion vibre de toute part, je redresse tant bien que mal…et pour accentuer les choses je me prends un voile noir en virage ! Je rétablie heureusement à quelques centaines de pieds du sol mais je n'ai plus de visuel sur les deux japs. Puis, un visuel à l'Ouest de notre flotte et Pecos me confirme que ce n'est pas lui. Le bandit ne m'a pas vu, je coupe son virage en gauche, me place derrière lui et tir une rafale d'une demi seconde: sa dérive se coupe en deux: un de moins.

J'informe Pecos que je pars au Sud d'Okinawa, afin qu'on puisse se retrouver plus facilement quand je vois cette fois-ci à l'Est de l'île un autre contact: Pecos ou le second jap ? Comme pour le premier, j'arrive dans ses six heures et constate qu'il s'agit du deuxième bandit. En virage gauche, je tire une première fois: son moteur est en feu. Sachant qu'il peuvent l'éteindre je préfère en finir avec lui. Une seconde rafale placée encore une fois dans sa dérive et le voilà tombant vers le sol.

J'informe Pecos que la zone et clair et l'on décide de se retrouver à la verticale de 3 îlots à l'Ouest de notre flotte. Ensuite on retourne vers notre flotte en régime super-éco, atterrissage sans problème. Direction le bar, une bière à la santé de notre leader…

Compte-rendu

Historiquement

Le 1er avril 1945, l'attaque d'Okinawa commença. Le soir même, 60 000 hommes ont déjà débarqués occupant une tête de pont de 14 kms de profondeur et s'étant déjà emparés de 2 aérodromes. Les combats les plus acharnés se déroulèrent au Nord de l'île dans la péninsule de Motobu et le Sud près de la capitale Shuri. Les américains déploraient au total plus de 12 500 tués, 37 000 blessés, 763 avions abattus et 40 navires de guerre coulés. L'île fut sous contrôle le 30 juin.

les_autruches_en_campagne/les_campagnes/pacifique_iceman/mission27.txt · Dernière modification: 2010/02/25 12:26 par av_iceman
chimeric.de = chi`s home Creative Commons License Valid CSS Driven by DokuWiki do yourself a favour and use a real browser - get firefox!! Recent changes RSS feed Valid XHTML 1.0