La perte de plus de 3 400 Marines pour la prise de Saipan nous a démontrés que les Japonais ont correctement placés leurs troupes afin de nous poser de nombreux problèmes.

Nous allons donc intensifier les bombardements sur l'île de Tinian afin de diminuer les pertes humaines….

Mission 17: Tinian sous les bombes

12 Juillet 1944

Heure: 10h00

Amiral Spruance

Bonjour Messieurs

Pour aujourd'hui, 8 B-25J-1NA décolleront pour allez bombarder l'aérodrome situé au Nord de Tinian. Ils seront escortés par 4 F6F-3. Vous prendrez de l'altitude en prenant un 090° sur 30, 40 kms ou des navires américains contrôlent la zone.

Pendant ce temps, 8 autres Hellcat décolleront à l'Ouest de Saipan afin de contrôler l'espace aérien autour de Tinian et d'Aguijan. Je veux deux groupes de chaque côté de l'île. Le survol direct des îles est fortement déconseillé…

Bonne chance Messieurs.

mission_17_4.jpg

mission_17_5.jpg

Appareils disponibles: 8 B-25J-1NA et 12 Hellcat

Rapport des pilotes

AV_Bolger

Dispo et position: Ghost leader, AV_Erel 2, Ralf 3 et Easy 4

Statut fin de mission: mort

Revendications:

  • un bombardier touché
  • un hydravion touché

Récit: Pinaise de pinaise. Que des c…es molles dans cette Navy. Pas un couillu pour prendre le lead du second groupe de chasse, chargé de patrouiller à l'est ou l'ouest des îles de Tinian et Aguijan, pour éviter à l'escadrille de B25 chargée de bombarder l'aérodrome nord de Tinian de faire des mauvaises rencontres. Je me décide finalement à montrer que moi, j'en ai, et je prends le lead de ce groupe. Est-ce une prémonition ? Un nom me passe par la tête : nous serons les Ghosts. Après tout, les fantômes peuvent être invisibles. Ça nous protègera peut-être des mauvaises rencontres. Nous décollons derrière les huit B25, de la base nord de Saipan. Ce décollage prend du temps, les Ghosts 3 et 4 ayant quelques soucis lors de leur amphi cabine. Je vois Ralf cogner sur son tableau de bord pour baisser, puis remonter, puis baisser ses ailes. Finalement, il y arrive. Quand à Easy, il annonce que son porte-carte se coince entre son manche et son tableau de bord, et l'empêche d'accéder facilement aux différentes commandes de son Hellcat.

Je donne enfin l'ordre de décoller, au moins 5 mn après les bombers. Tout le monde décolle correctement, et nous filons sur un cap 200 pour survoler Saipan, et nous diriger sur la côte est de Tinian pour intercepter tout nippon volant susceptible (ça, pour être susceptible, ils sont susceptibles, ces Japs!) d'ennuyer nos B25.

À peine arrivons nous au sud de Tinian, en survolant la base en dur, que nous apercevons 3 bombardiers japonais qui rentrent du bombardement de cette base. Easy a déjà dû quitter le dispositif, à cause de volets bloqués à 20 °, et il rentre à la base. J'indique à mes deux ailiers de monter au dessus des bombardiers, et de les attaquer en plongée, de la gauche vers la droite, en évitant leur six défendu par les mitrailleurs arrière. Ralf, pressé d'en finir avec ces bimoteurs, plonge le premier, et semble toucher le second bombardier. Il est alors pris dans le feu croisé des mitrailleurs, et je commence à craindre pour lui. Et tout d'un coup, je vois une grosse boule de feu à l'endroit où se situait il y a encore une seconde le bombardier leader. La radio de Ralf s'est interrompue d'un coup, et il a disparu du ciel, lui aussi. Je crains qu'il ait tenté le “taran” cher à son cousin pilote dans la VVS, sur le front russe, et qu'il l'ai trop bien réussi… AV_Erel et moi faisons encore quelques passes sur les bombardiers, que nous touchons plus ou moins, mais sans résultat vraiment significatif. Je donne l'ordre à AV_Erel de rompre l'attaque quand nous arrivons très près de la côte nord-est de Tinian, et nous repartons sur un cap 300 pour nous éloigner, et partir ensuite au sud en direction de Aguijan.

Quelques minutes plus tard, je vois deux contacts dans les trois heures, très bas, qui volent en formation serrée. Ici, ça ne peut être que du Jap. AV_Erel et moi fonçons dessus. Ce sont deux bimoteurs au cercle rouge. Des hydravions, même. Nous faisons quelques passes dessus, pas décisives là non plus. Enfin, si, décisives au sens où, sur l'une d'elles, le mitrailleur d'un des hydravions me troue le pare-brise, et met quelques pruneaux dans mon moteur qui commence à fumer blanc. Nous sommes maintenant en radada, très près des côtes japonaises, et d'un port probablement défendu par la DCA. J'indique alors à AV_Erel de prendre un cap retour, son moteur aussi ayant quelques soucis. Tant pis pour les hydravions…

Sur le retour, AV_Erel longe les côtes japonaises un peu trop près à mon goût, et semble avoir des difficultés à reprendre de l'altitude. Étant sur ses 4 heures haut, à au moins 1,5 km de lui, je vois deux contacts le suivre, niveau avec moi, mais bien au dessus de lui. Ces deux contacts paraissent agressifs, et plongent pour l'engager. Je lui demande de faire un 90° droite, pour qu'il puisse couper ma route, et que je tente de le dégager. Tout marche bien, et je tombe dans les 6 du premier Jap qui l'engage. Je tire quelques rafales à 300 ou 400 mètres, qui obligent le Jap à dégager, et lâcher AV_Erel. Malheureusement, mon tir est peu précis, mon pare-brise tout étoilé ne me permettant pas de voir grand chose devant moi. Le Jap s'écarte, mais je sens qu'il reste menaçant pour nous. Et quelques secondes plus tard, c'est mon Hellcat qui est engagé. Les traceuses m'encadrent, se rapprochent… Tout d'un coup, je perds toutes les commandes du zinc, qui part en vrille très serrée. Je tente de m'éjecter, mais c'est trop tard, les flots du Pacifique sont déjà là… Adieu, monde cruel…

AV_Gnou

Dispo et position: Cocotte 2 (Leader Bed, Partizan)

Statut fin de mission: Posé sur base, indemne

Revendications:

  • un beau pâté en bout de la piste en herbe

Récit: Un B-25… Mouarf, quel avion pour une 1ère mission ! Décollage serré derrière mon Leader. Les Cocottes prennent vite la formation, pour cette mission de bombardement en palier. Un ciel radieux, vide de disque rouge… Que c'est rassurant, ce Gros Tas. Ces 2 bons gros moteurs qui ronronnent, tous ces mitrailleurs qui s'engueulent entre 2 blagues salasses… Aaah, le Bonheur quoi ?!

Le 1er groupe de B-25 nous distance, leur leader semble presser d'y être. On suit bravement, un peu en retrait, mais en dispo serré. L'écart se creuse suite à une avarie moteur de Bed. Rien de grave. La promenade reprend. Le plan de vol a été préparé au poil. On arrive sur la cible, en plein dans l'axe, à 13.000ft. Visée préconisée par la Voix de la Sagesse : 35.5°. C'est noté. Un bref instant, Bob s'exite dans sa tourelle ventrale (pas facile comme job, faut dire). Le bandit n'insiste pas. Bigbang annonce un beau pâté de cible, au bout de la piste en herbe. Je m'aligne dessus. Ed confirme, plusieurs box presque en ligne dans le viseur ! Largage en grappe au 35.5° prévu…. En plein de le mile ! Magie…?!!! Retour maison sans encombre. Vache, ça fait du bien de sortir entier de la carlingue par une si belle journée !!

AV_Warpig

Dispo et position: Toast leader (Warpig, Riri, Iceman, Pecos)

Statut fin de mission: RTB

Revendications:

  • aucune

Récit: Aujourd'hui, protection des gros culs de B-25 qui ont pour objectif de vitrifier la base au nord de Tinian. 4 Hellcat pour 8 B-25, c'est pas énorme, mais connaissant la supériorité de notre bien-aimé chasseur sur les moustiques nippons, nous décollons assez sereinement. Après décollage, cap au 40 pour rejoindre la base des B-25. Sur le chemin, Ice repère trois contacts dans nos 10 heures. Ne voyant aucune dca active sur notre île, je laisse couler. Ils s'avéreront être en fait des bimoteurs nippons avec lesquels le groupe de Bolger aura maille à partir un peu plus tard. Bah, de toute manière, la mission avant tout, pas de regret…

Le regroupement avec les bombardiers se fait à 10 000 ft au nord de Saipan. Très vite, cependant, le dispo se sépare en deux groupes séparés d'une bonne dizaine de kilomètres. Je demande à Ice et Pecos de couvrir le groupe de tête, celui de Bigbang, tandis et Riri et moi restons au contact de ceux de Bed. Les bombers approchent de leur objectif et préparent leur bombardement quand Ice repère un shotai ennemi. Ils sont aussitôt engagés, sans perte de notre côté, et surtout, sans que les B-25 n'en pâtissent. La menace est éradiquée par mes ailiers tandis que les B-25 amorcent leur retour. Une ultime menace, sous la forme d'un hostile qui survole notre base en dur au sud de Taipan, sera gérée par la dca. Notre groupe revient entier, si l'on fait abstraction du petit bois cassé par Pecos à l'atterro. Donc dans l'ensemble, une issue satisfaisante pour notre groupe.

AV_Iceman

Dispo et position: Toast 3 (Warpig, Riri, Pecos)

Statut fin de mission: RTB

Revendications:

  • 1 Ki-43 en flammes
  • 1 Ki-43 s'écrasant sur Tinian

Récit: Pour cette mission on doit escorter des B-25. Notre dispo: Warpig leader, Riri et Pecos prenons plein nord afin de rejoindre les lourds. Je rejoins le 1er dispo de bombardiers à la demande de Warpig qui escortera le second un peu plus en retrait et plus bas. Pour le moment tout va bien, Pecos me suit sans trop de problème. On longe Saipan côté ouest sur un 180° toujours situé à gauche du dispo. Bientôt les bombers arrivent sur zone et s'alignent sur leur objectif, je demande alors à Pecos de se laissé glisser doucement sur leur droite quand regardant par hasard sous mon aile gauche j'aperçois un, deux puis trois contacts. J'avertis aussitôt tout le dispositif et piquons sur les Ki. A ce moment je ne suis même pas sur qu'ils aient vu les lourds juste au dessus de leur tête ! Mon approche est mauvaise: j'arrive beaucoup trop vite, je décide de virer léger mais je perd aussitôt le contrôle de mon appareil et part en vrille. Quelle m je perd tout avantage, je demande à Pecos d'engager et surtout de ne pas me suivre ce qu'il fait très bien d'ailleurs puisque j'arrive à le rejoindre derrière un jap quelques secondes plus tard. Je reprend les choses en main, j'engage le Ki et l'enflamme, un de moins….mais un autre m'avoine. Riri le descendra quelques minutes plus tard. Les lourds rentrent, quand à nouveau la dca s'active. En virage droit au dessus de notre base bombardé un peu plus tôt, je vois un contact au ras de l'eau filant directement sur Tinian. Je pique sur lui et l'engage, son moteur dégage une épaisse fumée noire. Je n'ai pas l'intention de le laissé filer comme ça: une seconde passe sans vraiment toucher son avion mais le pilote surement car dans mon 180° je le vois s'écraser sur Tinian. Je dégage aussitôt car leur dca est encore active et justement, un obus éclate mon cockpit, détruit mes instruments et mon moteur fait un léger bruit. Je me pose le premier suivi de Warpig et Riri avec Pecos pour finir qui devra payer sa tournée: il a détruit son appareil…

Compte-rendu

Historiquement

Le débarquement des troupes américaines eut lieu le 24 juillet 1944. Celui-ci fut précédé par d'intenses bombardements navals, aériens mais aussi par des tirs de barrage de canons de 155 mm situé à Saipan. L'île fut prise en une semaine. Moins d'un an plus tard, Tinian était la plus grande base au monde avec 4 pistes de 2600 m et la capacité d'accueillir 50 000 hommes et plus d'un millier de B-29.

les_autruches_en_campagne/les_campagnes/pacifique_iceman/mission17.txt · Dernière modification: 2009/12/22 20:59 par av_iceman
chimeric.de = chi`s home Creative Commons License Valid CSS Driven by DokuWiki do yourself a favour and use a real browser - get firefox!! Recent changes RSS feed Valid XHTML 1.0