Mission 9: Les renforts ne passeront pas

La guerre suit son cours et des troupes et du matériel arrivent d’Allemagne par voie ferrée, mais les quantités restent bien insuffisantes. Actuellement le plus important est de contenir l’ennemi le temps d’accumuler suffisamment de forces pour pouvoir reprendre un jour l’offensive. Les ravitaillements se poursuivent, avec plus ou moins de bonheur, souvent moins hélas. Mais les hommes de la poche de Nezhin tiennent le coup grâce au travail formidable que les appareils de transport effectue jour après jour au péril de leur vie. Malgré son succès relatif ce pont aérien est un véritable gouffre à équipages, a appareils et mobilise de nombreuses forces ne pouvant être utilisées ailleurs.

Le Führer est content que la poche de Nezhin tienne le coup, cela le confirme dans son idée qu’en cas de coups durs similaires, le pont aérien est une entreprise qui semble viable. Nos services d’écoute travaillent sans relâche et parviennent de temps à autres à intercepter des informations qui après recoupements deviennent de premier ordre.

Briefing

19 Avril 1942, 18h30 Météo Temps partiellement couvert, plafond nuageux a 1300m Emport des Ju88A4 2*SC250+28*SC50, ou autre combinaison au choix, suivant les objectifs, Emport des chasseurs par défaut.

D’importants renforts arriveront ce soir a proximité du front dans les villes de Fastov (AJ7) et Malin (AG13). Nous supposons que cette arrivée importante de troupes fraîches augure une future reprise de l’offensive soviétique. Il est primordial que ces renforts n’arrivent pas à destination. Le principal obstacle est que ces deux villes sont solidement défendues par la DCA, des attaques directes de ces villes ne sont pas envisageables vu nos faibles moyens actuels. Une opération d’interception des renforts est donc lancée au nœud ferroviaire entre ces deux zones, ce nœud ferroviaire est constitué par la ville de Kiev. Votre mission consiste à détruire d’une part le pont ferroviaire de Kiev (sur le fleuve qui borde Kiev a l’Est), ainsi que la gare principale de la ville et les trains qu’elle pourrait contenir. Vous devrez également parcourir les voies en direction de Fastov et de Malin afin de vérifier si des trains n’ont pas déjà réussi à traverser Kiev. La mission sous la directive des StaffelKapitan est organisée comme bon vous semble, faites des choix judicieux.. Les objectifs sont les suivants : -Le pont ferroviaire de Kiev. -La gare de Kiev. -La voie ferrée allant de Kiev a Malin. -La voie ferrée allant de Kiev a Fastov.

Comme d’habitude les bombardiers décolleront de Vinnica et irons au rendez-vous avec les chasseurs a Berdychev. Les chasseurs sont là pour assurer la sécurité des bombardiers, mais peuvent attaquer les trains si la situation le nécessite. Ne cherchez pas à gagner la guerre, l’objectif de la mission est de stopper ces trains, de tirer sur les wagons pour engendrer des pertes chez l’ennemi et de le désorganiser.

Bon vol.

ps: Les photos ci dessous vous montrent le pont ferroviaire de Kiev et la gare de Kiev qui sont deux des objectifs de la mission. Concernant les vois ferrées en direction de Fastov et Malin, aucune photo n'est disponible, mais ne vous aventurez pas sur ces deux villes, la dca y est meurtrière.

La gare de Kiev

Le pont ferroviaire de Kiev

Rapports des pilotes

AV_Loul

Dispo: Engel (4 Bf 109)

Position: Engel 4 (Leader 2Pattes)

Statut de fin de mission: Posé en territoire ennemi sur route longeant une rivière, secteur AH12

Récit: Ailier de Waroff dans le groupe Engel nous devons escorter le groupe Rapace composé de 6 JU 88 chargés d'attaquer les voies férrées à l'ouest de KIEV. On croise 3 groupes de 4 bombardiers ennemis faisant cap ouest, mais laissons faire préférant protéger nos JU88. Belles attaques coordonnées des JU 88 sur plusieurs trains. A l'approche de grand complexe & aérodrome, 2 contacts fumant sont signalés. Leader dépêche 3 & 4 dessus. On identifie 2 chasseurs russes. 3 fait une passe mais d'un peu trop près et c'est la dramatique collision. Pris à partie par la DCA assez virulente et donc peu enclin à entamer un dogfight avec ça en plus, je décroche et rejoint le groupe au dessus du “train de la mort”. 2 Ju 88 restent au tapis et nous continuons avec les survivants. 2 contacts sont annoncés. Je les vois et annonce qu'ils plongent sur n°1 qui se fait engager. je plonge dessus et engage une frontale, quand plusieurs éclats viennent parsemer mon parebrise. Je breake Gauche pendant que n°1 m'annonce que je suis clair mais que je fume. Je décide de rejoindre les 2 Ju 88 en RTB. Je les suis durant 5 minutes, (ma radio doit êtrre morte car il m'entendent pas et se demandent qui les suit. Mon moteur rend l'âme alors que je suis à 800m alti. Se rappeler vite de ce que disait WAROFF ! Je repère vite une route sous moi qui longe une rivière. Un coup d'oeil à la carte me fait dire que je suis en AH12 pas trés loin du front et qu'avec cette rivière, je pourrais peut être le rejoindre. Je dépasse cette route que je garde sur ma Gauche. 200KM/H, je sors 1 cran de volets et fait un 180°. Pile aligné je sors tous et le train . Je me pose tant que bien que mal (parebrise impraticable) en évitant les arbres mais je freine un peu trop ou me prend un fossé et me retourne. Juste le temps de sortir de l'avion et de me cacher sur les rives en voyant arriver une patrouille russe…..

Revendications: nada

AV_Bolger

Dispo: Falke (4 BF 109)

Position: Falke 2 (leader Kasp)

Statut de fin de mission: RTB (en mettant mon avion sur le toit au freinage, après un atterrissage correct)

Récit: Pour ma première expérience en tant que chasseur, soirée plutôt stressante. C'est qu'un BF 109, ça bouge un peu plus vite qu'un bombardier… J'arrive tant bien que mal à suivre à peu près mon leader Kasp, jusqu'au premier combat aérien. Je me fais engager une fois, je lâche quelques rafales complètement inutiles, et je perds tout le monde dans un fort plongeon pour me dégager. Ensuite, je mets 30 minutes à me retrouver sur la carte, étant un peu seul au monde, quand tout le monde est en dog. L'avantage, c'est que ça aide pour mes heures de vol… J'ai dû aller me perdre jusqu'en AQ 14, près de MRIN. Je retrouve ensuite un peu mon chemin, grâce aux conseils de Kasp, que j'ai soumis à rude épreuve ce soir (comme s'il n'en avait pas assez avec les Russes!). Je rentre seul jusqu'à la base, et je suis en finale, train sorti lorsque j'entends crier dans mon casque. Le reste des Falke se trouve engagé à proximité de la base. J'annule mon approche, je remets les gaz, et j'aperçois au loin quelques rafales. Mais tout se dégage assez vite, et je peux de nouveau tenter mon atterrissage, d'autant que je suis alors sur la réserve de carburant. Je le réussis à peu près correctement, jusqu'à ralentir trop fort au sol, en sortant légèrement de la piste. Résultat des courses : je mets mon chasseur sur le toît. J'ai peur que le patron gueule un peu…

Revendications:

  • aucune

AV_Partizan

Dispo: Aiglons (5 Ju88 )

Position: Aiglons 3 (leader Bigbang)

Statut de fin de mission: RTB

Récit: Après moultes avaries sur mon manche… je décolle enfin de Vinnica derrière Riri et Bigbang. Cap 30 en montée constante pour retrouver nos chasseurs Falke sur Berdychev. Nav jusqu'à Kiev où les mitrailleurs s'affolent. Heureusement l'escorte nous protège et nous laisse opérer nos passes. Lors de ce premier passage, seul bigbang largue ses 2 premières bombes. Les nuages ajoutés à la faible luminosité nous rendent le repérage délicat. Le pont ferroviaire, second objectif, devient la priorité. On dépasse kiev cap est, puis virage gauche on revient sur le fleuve depuis le nord… passage vierge de largage… pas d'inquiétude, la chasse nettoie le ciel et à 4000 m, la dca nous fait bien rigoler (pour une fois…). Bien décidés à raser quelque chose, nous revenons par le sud au-dessus de la rivière. Cette fois le pont est dans nos 5 viseurs (on entend les équipages voisins déja sûrs de leur fait). Largage ! Boum. A la radio le pont est annoncé touché. Les appro russes depuis l'est ne passeront plus pour un moment. Au tour du noeud ferroviaire autour de la gare. Virage à droite puis retour sur kiev. Hélas notre approche est trop courte et je repère enfin la gare mais trop tard. Je calcule un cap 110 pour revenir faire une cinquième passe sur kiev. J'annonce à la radio la position estimée. Lors du 360 de retour, riri est touché pas la DCA au nord ouest de kiev, et oui… on est descendu à 3500m… Enfin la gare est dans mon viseur. Je demande l'angle à Bigbang qui n'a plus ses bombes et reste sur place pour allumer les dca. Zut ! l'angle indiqué va être trop court… toujours pas pour cette fois. On s'attarde un peu trop mais la prochaine fois sera la bonne. Tex et riri regroupent sur moi avant borispol et on reprend un cap 300. Cette fois c'est sûr, elle ne nous échappera pas. En vue de kiev, le bombardier pilote l'appareil. Minimes corrections de cap, pour un largage ultime à 4000m et 310km/h. Bigbang, combien d'angle ? yes, raaahhh lovely, pas un nuage, idéal… cette fois elle va s'aligner tout doucement au centre du viseur, et elle va manger grave !!! . Top largage !. Bon là c'est frustrant car une fois le sifflement des oeufs de paques disparu… pas d'infos sur le résultat… Tout ça pour ça… Après kiev, pour éviter l'aérodrome et sa dca qui nous a amoché riri au tour précédent, on prend un cap 240. La chasse nous couvre et bigbang est un peu esseulé. Les 109, chauds-bouillants, le prennent pour un hostile mais à la radio tout s'éclaircit. Je garde le cap et prend la nav jusqu'à Vinnica. Sur le chemin du retour, des ennemis ont la mauvaise idée de vouloir nous engager. Les 109 s'en chargent pendant que riri et tex se resserent sur moi. Plus rien à signaler jusqu'au Rtb. Warpig qui nous accompagnait nous quitte lors de notre descente à 30 km de la base. Seul yankee manque à l'appel.

Revendications:

  • Un bout du pont ferroviaire
  • 2 SC500 sur zone gare de kiev

Warpig

Dispo: Falke(4 Bf 109)

Position: 'Falke 3 (leader : Kasp)'

Statut de fin de mission: RTB

Récit: Lead très propre de Kasp qui, sitôt le regroupement effectué avec les Ju-88 “Aiglon” de Bigbang, m'envoie moi et Bed sur la droite du dispo, à 4500 mètres. On ouvre les yeux, mais le ciel est clair… Arrivés sur Kiev, Kasp ordonne aux chasseurs d'aller un peu en avant pour éclairer la route des gros culs. Et bingo ! Des bandits font leur apparition. Difficile de les dénombrer, la présence des 88 qui vont et reviennent au-dessus de leur objectif ne facilite pas les choses, mais il y avait au moins quatre Yak.

J'entends à la radio que Bolger est engagé. Je vois effectivement les traçantes vertes, vais à son secours, mais… aaarrggh en le rejoignant 1000 mètres plus bas, je suis une fusée lancée à 600 km/h, aussi manoeuvrante qu'une enclume. Finalement, sur une passe “psychologique”, je parviens à dégager Bolger. Je poursuis le vilain Bolchevique, l'arrose. Avant de l'overshooter sauvagement, je vois que je lui ai fait des gros trous dans le capot moteur et il fume noir. Je le perds de vue et n'aurai plus de nouvelles de lui.

Le combat se poursuit… Une frontale avec un Yak qui ne doute de rien me fait frôler l'arrêt cardiaque. Tout est de plus en plus confus… Il semble rester deux bandits dans le secteur. Je suis derrière l'un d'eux. J'entends Kasp me signaler qu'il en a fait fumer un blanc. J'annonce que moi aussi. Je le vois vriller vers le sol et me réjouis à l'avance de l'issue de ce combat. Je vois distinctement un Yak marqué blanc percuter le sol (sans doute celui de Kasp), rejoint 100 mètres plus loin par le mien.

Nous regroupons sur les 88, qui effectuent leurs ultimes passes de bombing. Tout le monde repart en rtb quand deux nouveaux contacts sont annoncés, qui prennent la direction du dispositif des Ju-88. J'en distingue un que j'engage. Je pense le toucher, mais j'entends à la radio que Bed et moi poursuivons le même ennemi. Je lâche l'affaire et décide de rester avec les 88. J'entends Kasp et Bed à la radio gérer le dernier ennemi. Ils partent en rtb direct tandis que je fais un brin de causette avec les pilotes de Junkers. Je les abandonne au moment où ils entament leur descente vers leur base et prend le cap vers la mienne : c'est que le carburant commence à se faire rare…

J'arrive en vue de la base de Berdychev, m'apprête à intégrer une vent arrière… quand des traçantes vertes m'encadrent !!! Je break comme un dératé et vois un Yak m'overshooter ! L'enfoiré ! Il part en ressource, fait demi-tour et nous voilà en frontale. Je lâche une rafale, le touche, mais perd le contact aussitôt après… Le personnel au sol m'apprend que le Soviétique avait son hélice en croix et qu'il s'est posé en catastrophe non loin de la base. Je pense que je vais aller lui transmettre mes amitiés, à celui-là ! En attendant, je me pose tranquillement derrière Kasp, Bolger et Bed, qui étaient revenus entretemps.

Revendications:

  • 1 Yak détruit au sud de Kiev, marqué blanc, il s'écrase au sol après une longue vrille
  • 1 Yak touché en frontale au-dessus de Berdychev, qui se serait posé hélice en croix à l'est de la base (voir avec les rampants pour les détails)
  • 1 Yak endommagé au-dessus de Kiev (marqué noir, capot moteur bien touché)

AV_Vicking

Dispo: Rapaces (5 Ju88 )

Position: 'Rapaces 2 (leader Magik)'

Statut de fin de mission: Mort

Récit: Après le regroupement avec notre couverture nous rejoignons la voie ferrée Fastov-Kiev. Rapidement nous trouvons des objectifs, les russes semblent avoir fait un laché de trains sur cette voie. Les deux premiers sont proprement traités par des attaques coordonnées. Mon tour arrive sur le troisième train, je le stoppe à la première passe en le coupant en deux, j'ai le temps de me réaligner et plonge pour la curée, malheureusement tout les artilleurs survivants decident de reporter les tirs sur moi. Je plonge dans une gerbe de traçantes,qui me sera fatale par un headshot et je m'écrase sur le wagon restaurant.

Revendications: Quelques wagons .

AV_2Pattes

Dispo: Engel (4 BF-109 F4)

Position: Engel leader (n°2 Peetch, n°3 Waroff, n°4 Loul)

Statut de fin de mission: RTB, appareil endommagé à l'atterro

Récit: Mission du groupe Engel, escorte rapprochée des Rapaces dans une mission de “terreur” sur les voies férrées russes. Décollage 10 min après les rapaces et regroupement au point de rendez-vous. Je place mon dispo sur les 2h-3h des rapaces. Nous croisons 4 dispo de 3 bombardiers russes se dirigeant chez nous. Notre mission prioritaire étant l'escorte, j'ordonne a contre-coeur de regrouper sur les rapaces. Les bombardiers traitent successivement plusieurs trains sur la route de Kiev, attaque bien ordonnées par Magik (Rapace leader) tandis que nous ouvrons l'oeil sur des stations en “huit”. Au loin au dessus de Kiev, on voit que ça chauffe, ça doit être les Falke. Un peu avant Kiev Rapace leader vire au 360° pour attaquer la deuxième partie des voies ferrées. Waroff annonce alors deux contacts fumant dans nos 2h haut. Je dépêche 3 et 4 dessus tandis que mon ailier et moi même restons en escorte. L'oeil dans mes 4h je vois Waroff et Loul entrer dans la danse lorsque je réalise soudain qu'il sont à la verticale d'un aérodrome russe dont la flak s'allume. Je préviens Waroff du danger, lui ordonnant de dégager. Il n'aura même pas le temps de mettre en oeuvre cet ordre: Waroff percute l'un des russes. Isolé et encadré par la flak, Loul n'a d'autre choix que l'extension, il nous retrouvera quelque minutes plus tard. Nous croisons à nouveau un train, sans DCA cette fois-ci, que les rapaces traitent partiellement. Comme la loco est encore intact je décide de tenter un passe canon. Je place quelques obus dans la cible et détruit quelque chose (épaisse fumée noire derrière moi). C'est amusant, mais je préfère ne pas prendre de risques inutile et ramène mon groupe dans son rôle de pur escorte. Nous arrivons ensuite sur le “train de la mort” et son wagon de flak sur lequel nous verrons, impuissants, deux Ju-88 s'écraser à quelques secondes d'interval. La mission se poursuit malgré le drame lorsque des bandits sont annoncés par les Ju-88. Je fouille le ciel des yeux et suit subitement encadré par des traçantes russes. Je peste en breakant à gauche, puis plonge vers le sol avant de barriquer. J'ai lâché mon poursuivant et m'élance à ses trousses. Je le vois tirer sur l'un des nôtres et avertis le pilote (Loul) du danger, mais trop tard. Le Bf-109 est marqué noir. Le Russe n'aura heureusement pas le loisir d'achever sa cible car je le force à dégager. Deux rafales plus tard il est marqué noir à son tour et je vois son moteur serrer en l'overshootant; un de moins. Peetch est au prise avec deux russes et j'arrive en renfort. Les russes se séparent, je suis celui qui part en ressource, Peetch contrôlant le second. Je me rapproche sans mal du russe et, après quelques tirs maladroit, le coupe en deux d'un tir à 75m; et de deux. Je regroupe sur Peetch qui est toujours clair. Je vois mon ailier tirer quelques rafale et overshooter au sommet d'une chandelle. Je plonge sur le russe pour ne pas le laisser respirer, mais il fonce vers le sol, visiblement désemparé. Je le vois s'écraser à près de 600 km/h. Pendant ce temps, Loul, moteur sérré, a dû se poser en territoire ennemi et les deux dernier Ju-88 sont partis en RTB. Après un point navigation un peu flottant, nous rattrapons les Ju-88. Ils sont court coco et décident de se poser sur Berdychev. L'un d'eux se posera même en panne sèche (bravo l'artiste !). Alors que je m'intègre dans le circuit, les Ju-88 nous indiquent que les sirènes de la bases sont actives. Encore 150L de carbu, largement de quoi faire face. Je passe en régime “combat” et grimpe en cherchant ces bandits. En fait il n'y en a qu'un seul, à 3000m, un U-2. J'hésite à laisser le bi-plan à Warpig (qui les aime tant), grimpe pour nous placer à 3500m en position favorable. Je préviens Peetch d'être très prudent avec ce foutu bi-plan, le gros risque étant la collision. Je me lance dans une première passe de bas en haut dans les 6h du russe (pour être hors du champ de tir du mitrailleur). Je place une rafale d'une demi seconde à courte portée dans le fuselage mais le U-2 encaisse sans broncher (saloperie d'avions en toiles !). Ma deuxième passe est trop rapide et je n'ai pas le temps d'ajuster mon tir. Je me replace pour la troisième lorsque je vois Peetch s'emplafonner le U-2 dans sa passe. Heureusement, Peetch parvient à s'éjecter; mais quel gâchis ! Dernier appareil du groupe Engel je rentre le poser, et trouve le moyen de plier mon train comme une andouille. Bilan: un nuit de travail sans sommeil pour mes mécanos !

Revendications:

  • un Yak-1 descendu (moteur sérré)
  • un Yak-1 coupé en deux
  • confirmation du Yak-1 descendu par Peetch
  • une locomotive détruite aux canons
  • un U-2 endommagé (il sera détruit lors d'une collision avec Peetch)

AV_Peetch

Dispo: Engel (4 Bf-109)

Position: Engel 2 (leader 2Pattes)

Statut de fin de mission: ejecté au dessu de Berdychev

Récit: décollage et escorte des bombardiers de basse altitude ,10 min après le décollage on croise 3 paquets de bombardiers ennemis qu'on laisse filer pour continuer l'escorte, on croise 2 bandits mal en point qui visiblement rentre sur leur base, waroff et loul vont pour les saluer mais waroff s'approche d'un peu trop près et reçoit un gros bisou traditionnelle russe, loul décroche et nous rejoint, comme y'a pas énorme d'action et que la gâchette le démange, 2 pattes fait un petit straff sur quelques wagons en précisant bien: faites pas comme moi, en bon second je m'excécute et retiens mon index en m'asseyant dessus. 10 min plus tard je vois 2 bandits tomber des nuages et foncer sur notre leader, j'engage le second mais je décroche pour prendre le premier qui engage notre leader, un troisième larron attaque loul (mais je ne l'ai su qu'après) je suis bien placer pour le premier et lâche un rafale qui je crois le touche mais n'est pas décisive du tout voir même qui ne produit aucun effet, 2Pattes me signale que je suis engagé, je lâche donc mon bandits, 2Pattes abat mon poursuivant, je me replace derrière le 3ème qui passait par là et lui envoie une bonne rafale qui lui fait un joli trou dans son aile qui l'enverra au tas, on prend un cap RTB en rejoignant les Ju, la dca s'allume quand on commence à rentrer dans la boucle, un petit U2 traine par la, PAS DE PANIQUE crie 2Pattes, on doit pouvoir s'en sortir avec beaucoup de courage et d'abnégation, on grimpe tranquillou pour aller le saluer, première passe de 2pattes, touché mais pas coulé, première passe de moi-même, touché mais pas coulé, deuxième passe de 2Pattes, touché mais pas coulé, deuxième passe de moi-même, touché-coulé mais pour nous deux, collision, une de mes ailes y est rester, je m'éjecte et après 10 min je touche terre.

Revendications:

  • Un yak (je pense) toucher a l'aile il n'a pas redresser et il s'est écrasé sous mes yeux et ceux de mon leader
  • Un U2 au dessus de la base partagé avec 2Pattes mais c'est bien moi qui l'ai fini et j'ai plein de temoin

AV_Kasp

Dispo: Falcke (4 Bf-109 F-4)

Position: Falcke leader (Bolger, Warpig, Bed)

Statut de fin de mission: RTB

Récit: Décollage après quelques minutes d'attente, alors que les Ju-88 Aiglon viennent à la verticale de notre terrain. J'ai un peu de mal à repérer les Ju-88 après chaque virage, mais on finit par se retrouver sur un cap 050 en montée. On atteint tranquillement 4500m, lorsque je dépêche Warpig et Bed sur la droite du dispo. Après quelques petits flottements en nav, le groupe finit par arriver au point tournant avant l'objectif, le pont et la gare de Kiev. A 15km de la ville, je décide de me placer en avant de la formation. Il nous reste dans les 300L de carburant, encore largement assez pour combattre et revenir. Bed signale des tirs sur sa droite, plus au sud, mais très lointain. On continue. Bolger est un peu en arrière lorsque j'arrive au dessus de Kiev, en régime éco. Je reste une ou deux minutes un peu sur l'est de la ville, quand Bed annonce plusieurs contacts en rapprochement, par en dessous je crois. L'engagement est assez confus, puisque je subis une frontale d'un Russe qui me perce pas mal de trous dans mon cockpit. Ce n'est qu'après ces tirs qu'on saisit réellement la présence d'ennemis. Je suis dès lors suivi par 3 Yak pendant quelques minutes. Bolger semble aussi engagé, Warpig et Bed entrent alors dans la danse. J'essaye tant bien que mal de respecter mes propres consignes : pas de piqué sauf en cas de danger immédiat, il faut rester en altitude ! Au bout d'un certain temps, avec des barriques, des manoeuvres originales et l'arrivée de Bed, je finis par me libérer. Bolger est complétement perdu, tandis que Warpig prend ses marques dans le combat. Je repère un Yak pas très virulent. Un impact de balle pile au dessus de mon viseur m'empêche d'être très efficace. Néanmoins, vu que le saligot ne gigote pas beaucoup, je place plusieurs bonnes rafales sur sa carlingue, il fume d'abord blanc, puis il laisse échapper une mince fumée noire, avant d'entamer un long et lent piqué. Je ne le suis pas, et reviens dans le combat aux alentours.
La situation est très confuse, car je vois au moins cinq ou six contacts à plus ou moins grande distance. Mais en fait, Warpig, Bed et moi sommes dans le même secteur. Je trouve un autre Yak en piqué, je me place à l'intérieur du virage et lâche une rafale, qui le fait fumer blanc. Au même moment, Warpig annonce qu'il en a fait fumer un blanc ! J'ai peur pour la collision, j'ai l'impression qu'on est sur le même ! Après échange d'infos, il se révèle qu'on était chacun sur un bandit différent. Le mien plonge, sans que je le suive. Mais Warpig repérera sa chute. Je crois qu'il reste alors un ou deux ennemis. Warpig et Bed se chargent de les abattre, tandis que je fais le point pour guider Bolger sur nous. Mais impossible de le situer !
Au bout d'un moment, le calme fait de nouveau son apparition… Les Russes ne sont plus ! On regroupe rapidement à 4000m en se dirigeant sur nos Ju-88, qui mènent le même train-train depuis tout le combat. En fait, une partie des contacts était sûrement nos bombardiers qui allaient et revenaient dans le secteur. Nous suivons les Ju-88 sur deux passes, avant d'annoncer que nous ne pourrons continuer davantage : il me reste moins de 120L à la jauge.
Nous prenons un cap RTB, alors que Bolger annonce être sur Kiev depuis cinq minutes. Il est pour autant impossible de le retrouver, je vadrouille un peu vers le sud, sans résultat ! Lorsque je reviens sur notre groupe, Bed annonce des contacts, moi également. Difficile de faire le point, car Bigbang est à la traîne. Il y a au moins un contact en trop près des bombardiers. C'est assez comique, car rien ne se passe. Et d'un coup, une rafale me passe devant le nez, en frontale. Hop là 100% gaz et je renverse ! Bed et Warpig suivent, on a un peu peur avec notre carburant. On est malgré tout à encore 70km de la base, et le carburant s'amenuise. Je suis un Yak avant qu'il ne pique, tandis que Bed se cale sur l'autre. Warpig rejoint les bombardiers. Je couvre Bed dans ses passes, il endommage sérieusement un Yak, qui vole malgré tout. Je m'aligne, je tire une rafale sans canons, et lui découpe aussitôt l'aile droite !
On part alors à la recherche du dernier Yak. Bed parvient finalement à le trouver, et effectue quelques tirs. Je place aussi un tir, avant de regarder la jauge d'essence avec appréhension : 50L, ça va être tendu ! On décide de faire une extension vers notre base, en laissant le Yak sous nous. Après quelques regards dans mes 6h, je le considère comme inoffensif. On navigue alors à l'économie sur les quelques dizaines de kilomètres. Warpig et Bolger sont déjà au dessus de la base, lorsque nous arrivons. La DCA s'allume ! Gloups, 20L dans les réservoirs, ça va pas le faire ! Je contrôle malgré tout le bandit, avant que Warpig fasse une belle frontale ! D'un coup la DCA s'éteint, plus aucun ennemi ! Ouf !
Je me pose assez rapidement, en main droite, dans un posé d'une belle douceur. Content le Kasp :) !

Revendications:

  • Un Yak probable avec plusieurs rafales, fumant blanc et noir avant de partir dans un long piqué. Il ne participera plus au combat.
  • Un Yak confirmé par Warpig, fumant blanc
  • Un Yak partagé avec Bed, aile coupée
  • Un Yak endommagé avec Bed

AV_Gnou

Dispo: Rapace (4 JU88 )

Position: 'Rapace 3 (leader Magik)'

Statut de fin de mission: RTB VIP, direct au mess (panne sèche, sueur comprise)

Récit: Arrivé à la bourre sur le tarmac, je me jette dans le dernier cockpit restant; celui d'un JUJU.
N'étant pas un habitué de la Demoiselle, j'appréhende plus qu'un peu le dépucelage… On a bien flirté quelques fois à la Musette du Jeudi soir, mais en restant tout ce qu'il a de plus Galant. Rien de bien sérieux jusque-là.
Moteur, euh… Moteurs.
Imaginer les commentaires des Engel lors du décollage me réchauffe déjà le coeur.
J'essuie une larmouille d'émoi et lâche l'attelage !

La nav à 1500 se passe bien. Formation très lâche, mais bon. C'est plus “reposant” que ce que je pensais, la donzelle se montre plutôt docile. Seuls les problèmes radio de mon ailier tendent l'atmosphère. Je perdrai le contact sur Horton plus d'une fois.
Après avoir soigneusement contournée Fastov, nous la remontons par le Nord.
Au niveau du fleuve, 2 trains sont rapidement signalés, la curée va commencer. Histoire de garder le dessert au frais, Magik commande une destruction de pont. J'hérite du bébé et y largue mes 2 SC500. À table, les enfants !
Les 4 premiers trains ne feront pas un pli. Hippo symphonique autour des couleuvres. Leader répartit gaïement les 500 restantes. Seules quelques loco subsiteront. Faut dire que Magick fait dans la générosité, il est déjà tout vidé !
Le 5e s'avèrera vipère. Ces 2 wagons de DCA emporteront Vicking à bout portant et Horton dans la foulée. Arrivant dans l'axe d'attaque, j'allais la gorge nouée enquiller à mon tour lorsque Magick annonce l'arrêt des frais. Du Train-de-la-Mort-qui-Tue, ne reste que ses crocs.
Quand je pense aux 18 bombinnettes que largueraient un peu plutard dans la nature… Arf

Les Engel couvent bien, nous ne verrons les bandits que de loin. Malgré un étrange contact fumant en rapprochement lors de notre RTB. Suite à ce semblant de fuite plein pot, une question existentielle nous prend simultanément…
“Mais où qu'elle est, la jauge de carburant ???”
Heureusement, la base pointe à l'horizon. On se câle gentillement en vent arrière quand nos Engel nous font négligeament remarquer que nous sommes “chez eux”. Bref hésitation, et puis non, on y est, on y reste. Et puis merde, je ne verrai bientôt plus le zéro derrière l'aiguille du kéro !!
300m, 220 au badin, je penche la tête entrainant ma Dame en étape de base quand… Oups ?! Plouf la dernière goutte !

Là s'amorce un attérissage des plus angoissants. Je tire droit, perpendiculaire à la piste. Descente lente, “controlée” quand… Re-merde ?! la pente remonte !!!
Sortie de train au dernier instant, la carcasse cahotte mais tient bon… ça roule, ça roule, aaaaah ça tangue ! Non, tout bon, ça roule toujours… Question fondamentale, quand on s'arrête sur une pente… On redescend ??!
Re-angoisse… le plan se stabilise, je manoeuvre pour retrouver perpendiculaire à la pente. Pfiiouu…
La Bête s'est arrêtée, pas même écorchée !

Revendications :

  • 1 pont ferreux au Nord de Fastov
  • 5 trains attaqués (quelques locomotives rescapées)

AV_Magik

Dispo: Rapace (5 JU88 )

Position: 'Rapace Leader (avec Vicking, Shane, Gnou, Horton)'

Statut de fin de mission: RTB Berdychev

Récit: Notre mission : alors que nous comptions sur les cheminots russes, nous constatons que la grêve n'a pas été reconduite. C'est pas grève, on va stopper les trains quand même.

Décollage et dégagement à droite au 070 pour regrouper puis montée à 1500m au 045. On perd très rapidement Shane pour des raisons inexpliquées. Coup dur. Arrivé à 1500m, on prend le cap pour le rendez-vous avec les Engels en AF5. Une fois regroupé, on prend au 090 pour contourner Fastov par le sud. Lors de la remontée sur l'est de Fastov, on signale des contacts ennemis sur zone, un groupe de bombardiers ennemis. Après un demi tour au 180 par la droite pour se mettre en attente, les chasseurs décident de ne pas abandonner l'escorte. On reprend au 330 et on continue donc le long de la voie ferrée et j'ordonne la destruction du pont au nord de Fastov. Gnou s'exécute sans soucis. Sur la rive nord, on voit notre premier train qui commence à nous arroser.

L'attaque des quatre premiers trains se déroule bien. Je ne suis pas sûr qu'on ait fait 100% de destruction mais au minimum 80%. A chaque train, l'un de nous plongeait dans l'axe pendant que les autres exécutaient un hippodrome sur le même axe pour annoncer les destructions et rester en visuel. Lors de notre transfert entre les deux axes ferrés à l'ouest de Kiev, on croise 2 contacts ennemis dont un fume blanc.

Arrivé sur le cinquième train, c'est au tour de Vicking de traiter. La DCA est très fournie sur celui-là. Il s'aligne une fois et détruit 3 wagons. On continue notre hippodrome en attirant la DCA sur nous. Vicking s'aligne une seconde fois un peu plus dans l'axe et … un gros plomb le fait exploser à bout portant au dessus du train. Merde. Pas de sensiblerie, Horton annonce qu'il est en position, il prend la relève. Quelques secondes plus tard même résultat. Horton au tapis explosé au dessus du train. Gnou annonce à son tour être en bonne position. Je décide d'arrêter les frais et de laisser ce train tranquille. Il est déjà bien amoché, entre les bombes et les Ju88 qui lui sont tombés dessus. De plus, je suis winchester et il reste au moins 25% de voies ferrées à traiter. On trouvera bien un train supplémentaire.

Malheureusement, à quelques kilomètres de Malin, notre escorte se fait engager par la chasse ennemie. Je n'aperçois pas de train jusqu'à Malin, je préfère piquer au 180 immédiatement et fuir le combat sur un cap proche du RTB. Désolé pour Gnou frustré de ne pas avoir largué ses bombes. On est rejoint par l'escorte en AF9. Après leur avoir faire une petite frayeur en jouant avec la mitrailleuse arrière, on arrive sur Berdychev.

J'annonce le circuit quand la chasse me signale très justement que nous devons aller à Vinnica. Ah oui merde, je suis dans un Ju88. Mais mes réservoirs me persuadent, de manière fort convaincante d'ailleurs, que Berdychev est un endroit tout à fait approprié pour atterrir. 50% pour cette nav, c'est un peu juste. Donc circuit main gauche et atterrissage. Gnou en panne sèche atterrit avec brio dans la pampa. Je fais un poser tout en douceur. Il ne reste plus qu'à voir notre DCA et notre chasse jouer avec l'U2 qui vient voir les dégats.

En effet, Berdychev est quasiment rasée.

Revendications :

  • Pour tout le groupe sauf Shane : 1 pont, 5 trains détruits à 85%

AV_Bigbang

Dispo: Aiglons (5 JU88 )

Position: ' Aiglons leader (avec Lampatex,Partizan,Riri,Yankee)'

Statut de fin de mission: RTB Posé sur base

Récit: Nav pas bien préparée, je voulais être N°2 et j'eusse préféré passer par le sud, ce qui nous aurait permis d'arriver directement sur le pont ferrovière et ainsi éviter deux passes, mais bon, à la majorité, décision de partir au 60 après la base de nos chers chasseurs, puis un 080 direct sur Kiev. Branle bas de combat avec en emport 75% de carburant, et 4 SC500. Décollage de Vinnica, Nav directe en montée au 30. On arrive sur la base deBerdychev à 2000 m, on prévient par radio nos cavaliers: les “Falcke” . Ces derniers décollent aussitôt.Cap au 060 et on continue la grimpette à 4200 m.Au point de virage (merci Riri), cap au 090 puis correction au 110. Au dessus de Kiev de nombreux nuages nous bouchent la vue.Kasp envoie ses troupes en avant pour nous dégager la route (bonne initiative puisqu'ils engagent et nettoie le terrain opérationnel). Je devine la gare. Larguage de 2sc500. Les autres aiglons ont gardé leurs munitions la vue bouchée par les nuages et confusion pour le repérage de la cible parmi tous les bâtiments.Tant pis on continue sur la mission : cible le pont ferroviaire.On continue vers l'est puis virage gauche on revient sur le fleuve depuis le nord.Pas de visu sur le pont et passage vierge de largage. On part au sud, là je retrouve mes repères. Virage droite et cap 360. Là je suis sur à 1000% de trouver ce fichu pont. Cette fois le pont est dans nos 5 viseurs ! Communication des angles de bombing à tout le monde et Top Largage ! Un pont de moins ! Affichage sur mon écran de la destruction de la cible. Annonce Radio. Au tour de la gare. Virage à droite puis retour sur kiev. Je descend à 2500m pour allumer la DCA pour que les copains voient bien la cible. Elle apparait trop tard dans leurs viseurs. Demi tour au dessus de l'aerodrome de Kiev (DCA allumée) et retour au 110 pour Partizan, Tex et Riri. Je retourne au dessus de la gare pour activer la DCA. Communication des angles à nos deux camarades et on entend leur joie à la radio genre “elle a salement morflée”. Etant éloigné des autres et plus au nord, Partizan regroupe tout le monde (tex et Riri)et concocte le retour. J'essaie de les rejoindre à fond les manettes. Quelques bandits interviennent (deux yak) qui sont assez vite domptés par nos fidèles chasseurs, même pas de sueurs froides (à 4000m ça gèle vite). Attéro sans histoire pour tous les aiglons. Vidé le shnaps du mess. Pas eu de nouvelles des rapaces.

Revendications :

  • Le pont SNCF

AV_Riri

Dispo: Aiglons (5 Ju88 )

Position: Aiglons 2 (leader Bigbang)

Statut de fin de mission: RTB

Récit:

Revendications:

  • Un bout du pont ferroviaire
  • 2 SC500 sur la gare de kiev

AV_Lampatex

Dispo: Aiglons (5 Ju88 )

Position: Aiglons 4 (leader Bigbang)

Statut de fin de mission: RTB

Récit: Je décolle tranquilement en numéro 4 en voyant mes trois camarades s'élever sereinement dans le ciel. Je regroupe sur eux et nous montons tranquilement jusqu'à notre altitude de largage. Nous voyons notre escorte nous rejoindre. Après une navigation très précise, nous apercevons Kiev à l'horizon dans nos viseurs.

Aïe voilà un groupe de nuages au dessus de la ville, on verra ce que ca va donner. Bigbang a la cible en vue…je ne la vois pas, il semble qu'un nuage soit juste entre moi et la cible! Zut! Tant pis, nous continuons sur le pont, nous ne sommes pas bien alignés et ne pouvons larguer. Bon le bombardement en palier n'est pas si facile que ça au final! Nous faisons demi tour et Bigbang nous amène sur le pont avec une précision millimétrique. Largage de tous les avions, étant en fin de formation, je vois les explosions des bombes de mes ailiers en plein milieu de la cible, superbe.

Il nous faut au moins 3 essais de plus pour finalement avoir la gare en vue à cause des nuages, Je largue mais malheureusement trop long et touche un quartier à l'Est de la cible. Nous faisons un dernier passage et je peux assister au largage de précision de Riri et Partizan.
Notre retour est couvé par notre escorte qui veille sur nous comme une poule jalouse sur ses oeufs. Nous nous posons à l'approche de la nuit dans une ambiance superbe sous les lumières des premières étoiles de la nuit et des feux de signalisation de la base.

Ce fut une superbe mission

Revendications:

  • section Est du pont ferroviaire

Av_Yankee

Dispo : Aiglon ( 5 JU 88 ) Lead Bigbang

Position : Aiglon 5

Statut Fin de Mission : Indéfini

Récit : Après une bonne attente décollage, enfin… Je suis le dispo de loin, je peine à regrouper.

Cap 030 je suis avec peine ( plein gaz ) j'écoute sans commentaire, je reste concentré…Arrivé sur le premier objectif j'applique après les ordres les consignes reçues le jeudi précédent ( Alti définie, vitesse définie, stab de niveau, trim à donf, sans trop, touche config “C” poste de bomber, “Shift F1”, viseur obtenu en 10 secondes, j'attends les ordres de BB pour lâcher les oeufs de Pâques…Seulement je suis loin derrière, je doute, donc je largue quand même….sur le stade de Kiev où a lieu le congrès annuel des commissaires politiques du Soviet Suprême ( excellent dessert que 2 T de TNT au milieu d'un stade ) je sens l'avion vibrer et se sentir léger… Je peine à nouveau pour regrouper, je vérifie ma config ( volets zéro, pas 80%, vitesse Maxi, plus de bombes, config lisse ) je passe en vue extérieure, rien, Kasp me contacte en me disant que je traîne, nothing else, je n'y puis rien.Il signale alors aux Aiglons que je suis loin derrière. Finalement, dépité, même en coupant court sur les changements de caps, je me résigne à faire un RTB. Là, c'est le top, retour Windows plantage du jeu…C'est la seconde fois que cela m'arrive, mais un dimanche GgggRRRRRrrr !!!

Revendications : Ben heu, viande rouge hachée au beau milieu du stade de Kiev, à part cela……Si, juste un truc, mais qui a son importance, je pense que c'est crucial: à chaque fois, il faut qu'on prenne le temps d'attendre les derniers, (surtout lorsque le jeu est relancé, je ne sais si ce fait revêt une quelconque importance, mais quand même) après le décollage, lors du regroupement, après action sur un objectif, le temps de se regrouper, je vous assure que c'est pénible, surtout quand on est certain de ne pas avoir commis d'erreur ( genre volets ou train etc )…

AV_Horton

Dispo: Rapace (5 Ju88 )

Position: Rapace 5 (leader Magik)

Statut de fin de mission: KIA

Récit: Pas grand chose, décollage OK, formation lache, mon leader veux m'envoyer sur un train que je ne vois pas, je reste en attente, train suivant … je plonge, mais pour larger j'ai perdu le bouton, je regarde le joy et quand le lève les yeux, le sol est tout proche, la DCA revendiqueras mon zinc mais je pencherai pour une erreur de pilotage.//

Revendications:

Compte rendu officiel

  • Riri : participe au bombardement, RTB
  • Partizan : participe au bombardement, RTB
  • Magik : participe au bombardement, RTB
  • Kasp : 1 chasseur detruit 1 chasseur partage 1 chasseur probable, RTB
  • Yankee : participe au bombardement, RTB
  • Bigbang : participe au bombardement, RTB
  • Gnou : participe au bombardement, RTB
  • Lampatex : participe au bombardement, RTB
  • 2pattes : 1 chasseur detruit 1 U2 partage 1 chasseur probable, RTB
  • Horton : participe au bombardement, KIA
  • Vicking : participe au bombardement, KIA
  • Bolger : RTB
  • Waroff : KIA
  • Loul : Posé en territoire ennemi a 40km du front, capturé
  • Warpig : 1 chasseur détruit, 1 chasseur probable, RTB
  • Bed : 1 chasseur partagé, RTB
  • Peetch : 1 chasseur détruit, 1 U2 partagé, Ejecté en territoire ami

Bilan

L'attaque des divers objectifs est une vraie réussite, la gare de Kiev et la Pont ferroviaire sont inutilisables pour un bon moment, les trains partis de Kiev n'ont pas pu atteindre Fastov et Malin, 80% des wagons ont étés détruits, et le seul train qui n'a été endommagé qu'a 30% est arrivé très en retard, privant la ville de Malin des renforts qui lui étaient nécessaires.

La seule satisfaction des russes a été d'avoir abattu 2 Ju88 et capturé un de nos chasseurs qui a dû se poser en territoire ennemi.

C'est une belle victoire qui va soulager le front a un moment crucial.

De plus les pertes en appareils sont plus contenues que par le passé, Le commandant tiens a féliciter l'ensemble de l'escadrille pour la manière dont a été menée cette mission.

Promotions et médailles

Partizan

est notre Vétéran avec 9 missions a son actif un grade d'Oberfeldwebel et 13h45 de vol en missions de guerre.

Kasp

Recoit la croix de fer de 1ère classe pour ses 5,5 victoires contre l'ennemi et son bombardement réussi.

2pattes

Est promu au grade d'Unterfeldwebel. 2pattes fidèle a lui-même a curageusement défendu ses ailiers et les Ju88 du groupe de bombardement a basse altitude, et en a profité pour endommager sérieusement une locomotive ennemie.

Magik

Est promu au grade de Unteroffizer et recoit la croix de fer de 2ème classe pour ses 2 bombardements réussis.

Lampatex

est promu au grade d'Unteroffizer et recoit la croix de fer de 2ème classe pour ses 2 bombardements réussis.

Yankee

Recoit la croix de fer de 2ème classe pour ses 2 bombardements réussis.

Bolger

Est promu au grade de Hauptgefreiter.

Riri

Est promu au grade d'Hauptgefreiter.

Peetch

Est promu au grade d'Hautpgefreiter. Peetch a été la victime du jour de l'arme secrète des russes contre nos chasseurs, a savoir les déjà célèbres U2, Appareil de reconnaissance en carton renforcé fortement blindé et d'une lenteur telle qu'il est presque inévitable de se les emplafonner. Heureusement il a pu s'ejecter et est arrivé pile a l'heure du pot offert par Gnou. L'essentiel est sauvé.

Gnou

Est promu au grade d'Unteroffizer Gnou est parvenu a poser sans dommages son Ju88 en panne sèche après une mission de bombardements de trains éprouvante, bravo a lui, ses mécanos sont venus eux-mêmes le féliciter pour cet exploit, et c'est en compagnie d'eux qu'il a offert sa tournée au mess. Seul un paysan est venu porter plainte a cause d'une histoire de chèvre qu'on aurait retrouvée avec son lait tourné, pour cause de frayeur intense.

Loul

Après avoir courageusement combattu afin de proteger les Ju88 qui étaient sous sa responsabilité, Loul a été traitreusement assailli par un chasseur russe qui lui a fortement endommagé son moteur. Loul a immédiatement pris un cap vers le front dans l'espoir de parvenir a atteindre celui-ci, mais le pare-brise criblé de balles, le moteur couinant, une forte fumée se degageant de son appareil, Loul a finalement été obligé de se poser en campagne au bord d'une rivière a 40km du front, nous sommes sans nouvelles de lui depuis deux jours. Il est fortement a craindre qu'il n'ai été capturé et emmené dans un goulag ou une mine de sel, a moins qu'il ne soit interrogé en ce moment même par l'ennemi pour lui soutirer des informations. Heureusement, Les bonnes nouvelles de l'arrivée de nos renforts n'étaient pas encore connues de nos pilotes au moment de sa disparition ce qui nous laisse espérer que le secret reste entier. Nous ne comptons donc plus sur son retour et il sera rayé de la liste de nos pilotes actifs.

Waroff

Notre navigateur de prédilection pour sa 1ère mission en chasseur a joué de malchance en percutant un chasseur ennemi au dessus de la base aérienne de Kiev, il s'était particulièrement distingué en accomplisanta vec succès une mission de reconnaissance profondement en territoire ennemi recemment qui avait permit la destruction d'un important nombre d'appareils ennemis au sol. Waroff avait 4 missions a son actif.

Horton

C'est en attaquant un train fortement défendu par 2 wagons de dca que Horton a trouvé la mort, son appareil est venu s'écraser a proximité du lieu ou Vicking avait connu exactement le même sort, quelques instants plus tôt.

Vicking

C'est en attaquant le même train fortement défendu par deux wagons de DCA qu' Horton que Vicking a été tué, il avait auparavant détruit 3 wagons au centre du train, immobilisant celui-ci en pleine voie, mais hélas ses bombes n'ont pas touché les wagons de DCA, ce qui lui a couté la vie lors de son 2ème passage sur le train qui porte d'ors et déjà le nom de “Train de la mort”, tellement il a été couteux en vies humaines et en appareils a notre escadrille. Vicking était un de nos vétérans avec 8 missions de bombardement a son actif.

Statistiques

3 morts parmi nos pilotes. 5 avions perdus. 1 appareil legerement endommagé 4 chasseurs ennemis détruits 1 appareil de reco ennemi partagé 3 chasseurs ennemis partagés

Depuis le début de la campagne les statistiques de l'escadrille sont de: 30 morts parmi nos pilotes 50 avions perdus ou irreparables 78 missions de bombardiers effectués 36 chasseurs abattus 5 avions de reconnaissance detruits 25 bombardiers descendus 7 bombardiers endommagés 3 chasseurs endommagés 5 chasseurs probables

Ce qui porte le total de nos victoires a 79 appareils ennemis.

Conclusion

L'opération est un succès, les renforts n'ont pas pu atteindre le front et la circulation ferroviaire dans tout le secteur du front est fortement réduite pour un moment. Cette réussite tombe a point car les renforts de notre coté arrivent de plus en plus nombreux, la situation tourne donc a notre avantage.

Les ravitaillements vers Nezhin sont toujours aussi délicats a cause de la forte présence aérienne ennemie, mais nos forces s'amassent le long du front ouvrant de bonnes perspectives de reprise de l'offensive, tandis que l'ennemi commence a manquer de troupes fraiches.

Plus de nouvelles sous peu.

les_autruches_en_campagne/les_campagnes/kesselschlacht_von_nezhin/mission9.txt · Dernière modification: 2008/07/17 16:48 (édition externe)
chimeric.de = chi`s home Creative Commons License Valid CSS Driven by DokuWiki do yourself a favour and use a real browser - get firefox!! Recent changes RSS feed Valid XHTML 1.0