Mission 26 : Entrer dans l'Histoire

Madame Chiang organisa une fête d’adieu, au soir du 4 juillet. Cela devait être un barbecue, mais la pluie fit entrer tout le beau monde à l’intérieur. Les invités burent du punch non alcoolisé, la Princesse se prit au jeu des chaises musicales tandis qu’on offrit au Colonel une peinture à l’huile représentant son portrait au milieu des Chiang. A 23h, les Américains quittèrent les lieux sous la pluie et se traînèrent vers leurs quartiers.

« A minuit, l’AVG entra dans l’Histoire » écrivit Chennault dans son journal.

Dans la journée du 5 juillet, les cinq B-25 bombardèrent une raffinerie de pétrole, escortés par deux Kittyhawk, qui s’en prirent à cinq Nate. Deux victoires furent demandées à l’issue du combat.

Depuis que l’US Army avait enfin sa pleine emprise en Chine, le matériel arrivait bien plus facilement.

Nous sommes le 10 juillet 1942. Il pleut. Une mission de guerre qui s’avérera être la dernière de la campagne, passant le relais de l’AVG à l’US Army. Cinq B-25 Mitchell partiront cette fois bombarder des navires qui semblent avoir jeté l’ancre dans la rivière Chindwin (I-8 ). Ils seront accompagnés par quatre Tomahawk. Huit P-40 E de la 10th Air Force assureront le convoyage de leur appareil jusqu’à Toungoo. Du haut de leurs 18000ft, ils escorteront deux B-25 et un DC-3 chargé de vivres et de bidons largables pour Kittyhawk. A bord du Douglas se trouve également le Colonel, qui était en déplacement.

Disponibilités : 5 B-25 C, 4 H-81 A-2, 2 B-25 C, 1 DC-3 et 8 P-40 E

Tous les avions décollent de Toungoo, sauf ceux du convoyage, qui démarrent en l'air.

Rapport des pilotes

AV_Toto

Dispo et position:

Statut fin de mission:

Revendications:

  • xx
  • xx

Récit: blabla

AV_Yankee

Dispo et position: 8 P40E en 2 groupes les Coucous, Leadé par Riri et Gnou. Ailier de Gnou sur Coucou 7 puis 6.

Statut de fin de mission: RTB Avion très endommagé.

Revendications: None

Récit: Départ en l'air, en descente, (je ne parle pas de la coupure, c'est un aléa technique), regroupement sur Gnou pour couver Canard unité le C47 drivé par notre ami Shane. Quelques soucis de regroupement comme d'hab, mais le regard soudé sur Shane en permanence. Nous le survolions en faisant des S à vitesse réduite, au dessus de la couche nuageuse. Bon Lead de Gnou sans problème, aucun contact ennemi à signaler, quelques passages trop près de Shane histoire de lui mettre un coup d'éponge sur le pare brise, mais rien de grave !!! Arrivés à destination, Gnou me donne l'ordre d'aller checker le terrain en descendant sous la couche. Je m'applique en scrutant un max car j'étais très étonné de ne rien rencontrer, donc pour moi la surprise était au sol planquée quelque part ( un dernier coup de Kasp par exemple). Et bien nothing, nada pas de nippons… Regroupement derrière Gnou, arrivée du groupe de Riri, Shane se pose après un essai, puis arrive le tour de Gnou et de moi-même. Etant un peu rapide par rapport à Gnou, il est décidé qu'il se posera à gauche et moi à droite de la piste. Tout sorti, bons paramètres, deux chtis rebonds et là grosse embardée sur la droite et avion cassé, qui commence à cramer. Hop on sort fissa pour laisser faire les soldats du feu. Je pense deux choses; Je n'ai pas verrouillé la roulette, trop concentré sur le dernier poser de la campagne et j'ai du quelque peu déborder sur la droite et là le terrain n'était peu être pas si plan que cela. Pourtant c'était bon…J'aurai au moins permis aux potes d'avoir une balise ailleurs qu'en plein milieu de la piste !!!

AV_Lampatex

Dispo et position: Coucou 3 en P40-E (Riri, Will, TeX, Gnou, Yankee, Ralf)

Statut fin de mission: RTB

Revendications:

  • Un petit vol bien tranquille

Récit: Nous faisons une escorte bien sympathique et nous survolons le pays qui a vu se dérouler tant de combats aériens. Riri mène la formation à merveille et à part un atterrissage un peu stressant à cause de la météo, rien de sensationnel à signaler. Bon je vais aller voir Gnou pour que l'on se mette d'accord pour le prix de vente de nos vaches…

AV_Bolger

Dispo et position: Zodiac 4 (Vick leader, Iceman, Kasp et Bolger) en B25

Statut fin de mission: RTB beurk

Revendications: j'ai probablement écaillé la peinture d'un bateau, mais rien de plus me semble-t-il.

Récit: Après un premier essai un peu raté, avec la rencontre brutale d'un palmier qui a traversé la piste devant mon B25, et de son cousin qui a fait de même devant le B25 de Iceman, le second décollage se fait sans casse. Ouf…

Le regroupement des quatre bombers autour de Vick se passe à peu près correctement, avec quelques petites chaleurs entre Ice et moi, lors de quelques secondes en formation un peu trop serrée. La navigation en direction de l'objectif est menée de main de maître par Vick, bien aidé par les yeux d'aigle de Kasp et Ice. Seul souci, cette visibilité très médiocre en dessous du plafond nuageux. Mais quel souci…

En arrivant au dessus de la rivière Chindwin, Vick nous invite à la remonter derrière lui, à basse altitude, pour essayer de trouver les bateaux, cibles de notre futur bombardement. Nous les apercevons très rapidement, mais leur DCA nous voit également, ce qui est moins drôle. Une manoeuvre pour nous positionner, et Vick, suivi à la culotte par Kasp, plonge sur les navires pour une première passe dans l'axe des bateaux. De mon côté, dans un angle différent (à 90° par rapport à la cible), je plonge sur un croiseur, me semble-t-il, quelques secondes après le passage de la première paire. Je lâche mes deux salves de bombes à une seconde d'intervalle. Mon mitrailleur arrière me signale deux fortes gerbes d'eau qui encadrent le croiseur, mais apparemment pas d'explosion à bord. Encore raté, semble-t-il. Je prends quelques projectiles de la DCA sur mon attaque, heureusement sans gravité, et je continue tout droit assez bas pour m'éloigner du danger. Par contre, sur la passe, je perds de vue le reste du dispositif, ainsi que la couverture des chasseurs.

Après que Vick ait fait une seconde passe, et que Ice ait lâché ses oeufs également, l'ordre de retour est donné. Et là, les difficultés commencent pour moi. Je suis incapable de retrouver les trois autres B25 dans cette crasse, malgré moult coups d'oeil de part et d'autre. En désespoir de cause, j'indique que je pars sur le cap donné par le gonio. Avec un peu de chance, je les retrouverai au dessus de la couche nuageuse. Malheureusement, connaissant très mal le B25, je le brusque trop dans les montées, et je décroche deux fois sans gravité, mais avec pour effet de perdre très vite l'altitude que j'ai eu tant de mal à gagner. Finalement, je rentre seul en direction de notre aérodrome, bien que Warpig ait passé beaucoup de temps et d'énergie à tenter de me retrouver, sans succès. Heureusement pour moi, les Japs se sont dispensés de sortir aujourd'hui, vu la météo pourrie.

Finalement, après quelques recherches un peu crispantes, je retrouve l'aérodrome, et je me pose dernier des B25, très bien aiguillé par les jolies fumées noires des zincs délicatement crashés en bordure de piste. Et là, comme beaucoup de mes camarades sur cette dernière mission, c'est la catastrophe. Je me pose correctement, mais je met du pied à gauche trop fort pour gagner le parking, en oubliant que le B25 est tricycle. Mon train droit s'affaisse alors, et je plante mon aile droite et mon avion au beau milieu de la piste, au grand désespoir des mes camarades déjà posés. Bon, faites pas les malins, les mecs. Quand je vois tous les B25 et P40 en pièces détachées à proximité de la piste, j'en connais qui n'ont pas été bien brillants non plus.:shock:

Les deux derniers P40 qui doivent se poser le font sans casse, heureusement, en évitant mon zinc, et les autres carcasses disséminées un peu partout.

On sent que la campagne des AVG se termine, et que l'escadrille a volé sa dernière mission aujourd'hui. Jaloux que nous sommes, nous voulons laisser le moins de nos zincs en état, pour éviter qu'ils soient ensuite utilisés par d'autres pilotes que nous. Je sais, ce n'est pas très moral. Mais c'est humain, néanmoins. Personne n'est parfait.:lol:

Compte-rendu

Le mot du Colonel

La dernière mission n'aura pas été sans casse, mais nous ne sommes plus à l'heure de la mise au point ! C'est avec une intense joie mêlée de tristesse que je tiens à saluer personnellement chacun des vaillants pilotes mercenaires qui ont relevé le défi de voler sous les cocardes d'une cause juste, que notre grand pays vient enfin de prendre à son tour en compte. Il est temps de passer le relais, de laisser l'US Army vaincre l'Empire nippon au-dessus de la Birmanie, de la Chine et de tant de rizières, de monts et de vallées que les Tigres Volants ont survolé durant les sept mois de service aux ordres de Madame Chiang.
Sachez que vous resterez dans les coeurs de tous les habitants qui vous ont vu dans le ciel de l'Asie, dans ceux du personnel des aérodromes, dans ceux de la Princesse et du Généralissime, et dans le mien.
Je ne vous cache pas qu'après une telle aventure humaine, on ne peut que ressentir une immense fierté, une fébrile émotion d'avoir pu y participer, avec vous. Merci.

Historiquement

C’est sous la pluie que débuta le 10 juillet 1942. Le 16th Fighter Squadron sous les ordres du Major John Alison atterrit à Guilin avec huit Kittyhawk. Deux B-25 arrivèrent sur la même base deux jours plus tard. Le Colonel se posa lui à bord d’un Douglas le lundi 13 juillet. L’avion de transport apportait des réservoirs largables pour les P-40 E, de la nourriture, du courier et un autre colonel, un certain Caleb Haynes, qui allait prendre en charge le 11th Bombardment Squadron, ne disposant donc plus du Colonel Chennault.
La pluie garda les avions au sol jusqu’au jeudi, alors que Chennault rêvait de repartir à l’offensive avec les Mitchell.
Le jeudi 16, malgré la pluie, les B-25 partirent bombarder les docks de Hankou. Ils étaient accompagnés par une escorte mixte de pilotes de l’ex-AVG et de l’US Army. Freeman Ricketts volait à bord d’un Kittyhawk. Formé à l’Armée, avec quelques neuf cents heures de vol dans son carnet, il avait combattu durant les derniers jours de l’AVG. Une fausse alerte crispa tous les pilotes de la formation, quant à la présence d’intrus à proximité du terrain d’aviation ami.
Alors que Ricketts entamait son approche, il aperçut un bimoteur isolé à l’ouest de l’aérodrome. Il s’approcha et ouvrit le feu. Après deux rafales, il vit avec effroi l’étoile américaine sur le fuselage du… B-25 ! Le pilote du bombardier parvint à se poser en catastrophe, tant bien que mal. Le lendemain, celui-ci téléphona à l’aérodrome de Hengyang, annonçant qu’il avait été abattu par deux Zero, mais qu’il avait réussi à survivre.

Don Rodewald, rattaché à l’Armée américaine, écrivit dans son journal mi-juillet :
« tout le reste des gars est parti aujourd’hui, ainsi l’AVG est terminée. C’est assez dur de les voir rentrer. Parfois je me demande si j’ai fait une erreur. J’espère que les hommes de l’US Army arriveront. »
Bob Neale et Charlie Bond quittèrent la Chine les derniers, en tant que pilotes. Ils accompagnaient l’épouse Red Petach, enceinte. Ils passèrent par l’Inde, avant d’arriver à Khartoum, en Afrique du Nord. Là, ils purent voir un nombre impressionnant d’avions, dont les Lockheed Hudson que les Britanniques avaient vendu aux Chinois, et qui étaient parfois arrivés à bon port. A 11h30, le 7 août 1942, les trois voyageurs foulèrent le sol de l’aéroport de Miami. Les derniers à partir, mais les premiers à revenir au pays.
La plupart des Tigres Volant rentrèrent avec un navire italien, le « Mariposa », racheté par les Etats-Unis pour le transformer en transport de troupe. Il fallait débourser 800$ pour une cabine d’officier, ce que le couple Greenlaw se paya vraisemblablement, vu qu’il avait aussi Lucy le chien à ramener, ainsi que huit tapis persans. Le bateau largua les amarres le 7 août, à Bombay. Tandis qu’une bonne partie des passagers était des missionnaires, pratiquant la prière l’essentiel du temps, les gars de l’AVG se distrayèrent dans des parties de poker endiablées. Le 6 septembre, New York était devant leurs yeux.

Le Colonel Chennault resta en Chine jusqu’en avril 1945. Tex Hill fut tout aussi téméraire. Il devint commandant du 23rd Fighter Group et par la même occasion, une véritable légende des airs. Eddie Rector fut un autre de ces pilotes qui vola au sein de l’AVG pour continuer ensuite l’aventure au sein de l’Armée.

Pour finir, comme les pilotes authentiques n’ont que rarement été cités, pour ne pas interférer avec les avatars et les pilotes en herbe de la campagne, voici quelques-uns de ces noms qui représentent un héroïsme, une insouciance, une joie de vivre et/ou une spontanéité des plus respectables…
Gregory Boyington, George Burgard, David Lee Hill, William Bartling, Kenneth Jernstedt, Robert Little, William McGarry, Robert Neale, John Newkirk, Charles Older, William Reed, Robert T. Smith…

L’inspiration de cette campagne n’a été possible que par la lecture et la relecture du superbe livre de Daniel Ford, « Flying Tigers », Smithsonian books, 2007, réédité et corrigé plusieurs fois depuis 1991. Bien sûr, si vous le lisez, vous comprendrez rapidement que les écrits de cette campagne tirent leur source des lignes de ce livre, mais il est d’une richesse anecdotique impressionnante. En Anglais.

les_autruches_en_campagne/les_campagnes/avg/mission26.txt · Dernière modification: 2009/02/24 20:03 par av_bolger
chimeric.de = chi`s home Creative Commons License Valid CSS Driven by DokuWiki do yourself a favour and use a real browser - get firefox!! Recent changes RSS feed Valid XHTML 1.0