Une campagne chez les Autruches

C'est spécial !?


miniban2.jpg

Le concept

Quelle est la différence entre une campagne lambda, et une campagne jouée entre Autruches ? L'immersion “décontractée”.
Il s'agit d'abord de créer un “cadre”, une ambiance, une atmosphère qui plongent tous les pilotes dans un contexte historique limité, crédible voire historique. Il convient donc de choisir une carte adéquate, un panel d'avions qui correspond à la situation du moment et d'adapter quelque peu notre discours au camp que nous avons choisi. La plupart de nos campagnes se veulent historiques, c'est-à-dire qu'elles reprennent une grande majorité des éléments qui caractérisaient un front, une bataille. En général, l'atmosphère est dévoilée en début de campagne pour planter le décor, afin qu'ensuite, les Autruches cherchent d'elles-même à perpétuer cette ambiance. Le “cadre” est pérenne, grâce aux récits de chacun d'entre nous, mais aussi grâce au tableau des pilotes, qui permet d'utiliser des “avatars”, sortes de personnages dont chacun doit prendre soin pour les ramener à bon port après chaque mission, avec quelques résultats si possible. Mais l'objectif du tableau des pilotes est avant tout de privilégier la survie et de modifier les comportements des pilotes qui ont un avatar ayant déjà accumulé une dizaine ou une quinzaine de missions. C'est l'attachement à une “vie” alliée à l'ambiance de la campagne, renforcée par des briefings et débriefings poussés, qui donnent toute la saveur à nos campagnes.
Bien évidemment, les Autruches ne seraient pas les Autruches si l'humour ne poindrait pas au coin de la rue. Nous ne sommes pas intégristes, nous ne revendiquons pas “l'Histoire à tout prix”. Nous avons remarqué le plaisir que nous procurait l'immersion, ce n'est pas pour autant que les Autruches volent sans raconter de blagues, sans se taquiner, sans avoir le sourire aux lèvres durant une longue navigation, ou après l'atterrissage. Rien que nos indicatifs de section témoignent parfois de ce qui se passe en l'air : “cocotte”, “pastis” ou encore “milka”.

Qui est aux commandes

Chez les Autruches, les campagnes sont la plupart du temps conçues par une personne à la fois. Chaque campagne suit une trame élaborée des mois à l'avance par un membre de l'escadrille. Celui-ci devient alors en quelque sorte un “maître du jeu”, à relier aux jeux de rôle, pour ceux qui connaissent. Toutefois, nombre d'Autruches n'ont jamais participé ou apprécié des jeux de rôle, l'analogie s'arrête donc là. L'essentiel pour l'escadrille est de s'en remettre à une personne qui, par sa campagne scénarisée et réfléchie, nous fera aussi bien ressentir la peur, la frustration, l'énervement, que la joie, le plaisir. Les missions ont avant tout l'objectif de nous impliquer corps et âme durant un vol. Les pilotes doivent utiliser leurs sens, voire être trompés par ceux-ci, le tout est de donner “l'illusion”. En réalité, l'Autruche qui amène les autres membres à voler au sein de sa campagne est un “illusionniste”, qui connaît les ficelles du jeu, pour notre plus grand plaisir.
N'importe qui dans notre escadrille peut élaborer une campagne, s'il en a envie. Cela suppose d'avoir du temps pour la préparer, une envie de partage, le souhait de raconter une histoire. Car chacune de nos campagnes fait remonter à la surface la vie d'hommes souvent oubliés, et le simple fait de revivre, à une échelle moindre certes, quelques-unes de leurs émotions qu'ils avaient ressenti à l'époque montre notre profond respect à l'égard des pilotes, tous fronts confondus, de la Seconde Guerre Mondiale.

Par le passé

Depuis la création de l'escadrille en 2003, les Autruches ont toujours volé sur des campagnes aux théâtres d'opération variés. En 2004-2005, nous avons surtout utilisé les superbes campagnes proposées par DR_Hangar, conçues avec passion sur l'ensemble du front russe. Pour autant, les pilotes qui participaient à ces missions guidées par des fils conducteur ne se sentaient totalement impliqués dans leurs campagnes, car l'atmosphère de la campagne ne dépassait pas le cadre du jeu. Plusieurs Autruches ont créé un site dynamique en PHP devant à terme être utilisé comme un parser, permettant ainsi un décompte automatique des résultats de chacun des membres de l'escadrille, renforçant du même coup l'implication des pilotes au sein des campagnes. Ce système est peu à peu tombé en désuétude, notamment parce que les mises à jour du jeu fréquentes compliquaient celles du parser.

En mars 2005, Kasp mit la main à la pâte pour proposer de nouvelles campagnes, plus originales que celles que nous jouions. A l'époque, tels étaient les objectifs :

  • tenter de placer les joueurs dans des situations vécues lors de la guerre
  • améliorer l'efficacité de chacun au cours des missions (briefing complet et précis, permettant à chacun de savoir ce qu'il a à faire)
  • favoriser le retour des avions au cours des missions (gestion de stocks d'avions)
  • établir des tactiques en fonction des ressources disponibles (munitions, essence etc)
  • donner une place essentielle à l'attaque au sol (bombardiers et avions d'assaut)
  • limiter les vols d'IA au sein du camp où se trouvent les Autruches.
  • se préoccuper juste de ce qui touche à l'aviation, comme dans la réalité, et non de la gestion des troupes au sol (CF)
  • faire des missions made by AV

L'essentiel de ces critères s'est maintenu avec le temps. Les premières missions furent abordées dans une logique chronologique. Les Autruches volèrent au-dessus de l'Espagne, puis de la France côté allemand, puis de la Normandie et de l'Afrique côté britannique. Nous sommes aussi allés dans des contrées plus lointaines, dans le Pacifique, à Midway et en Nouvelle-Guinée. Enfin, Iceman a apporté sa propre créativité pour une campagne russe à Koursk. La plupart de ces campagnes étaient courtes, comportant entre cinq et douze missions. Le suivi des pilotes était effectué “à la main”, grâce à des tableaux Excel et HTML, mis à jour par Magik, puis Warpig. A partir de là, les Autruches prirent pleinement conscience de la “beauté du geste” de ramener son pilote et son avion à bon port, avec ou sans victoire(s) aérienne(s).

La campagne ”Guadalcanal” entamée à l'automne 2006 a marqué une étape importante au sein des campagnes autruchiennes. Pour la première fois, le contexte historique fut particulièrement mis en avant pour servir de fil rouge aux missions. Celles-ci, souvent sanglantes, permirent à tous de mouiller leur chemise en maniant leur manche à balai, au-dessus des flots du Pacifique, les missions se terminant la plupart du temps par un appontage stressant côté japonais. Le suivi des pilotes persistait avec diverses innovations : homologation des victoires d'après le récit des pilotes, sauvetage des pilotes en mer par hydravion, remise de médailles et de citations, attribution de grades avec l'ajout d'insignes sur les avions japonais. Il s'agissait avant tout de se baser sur les impressions des pilotes, récoltées dans leur “jus”. Un parser recueillant toutes ces informations de manière automatique en fin de mission serait allé à l'encontre de ce principe. Ainsi, une véritable ambiance de campagne avait vu le jour.

Au début de l'année 2007, 2Pattes proposa aux Autruches de voler au-dessus de la Normandie, à bord d'avions peu exploités jusque là : le P-47 et le P-51, appartenant au 361st Fighter Group. Se focalisant sur la période autour du débarquement en Normandie de juin 1944, la campagne fut menée à bon train par plusieurs concepteurs de missions qui apportèrent chacun une part de leur passion, à la satisfaction de toute l'escadrille.

En ayant la volonté de faire piloter des avions plus “lourds” aux Autruches, Kasp organisa une campagne retraçant le parcours de la II./ZG1 “Wespen”, une escadrille mobilisée sur de très nombreux fronts, aux commandes de Bf-110 G-2. Bien évidemment, quelques Bf-109 G-2 n'étaient pas en reste pour accompagner les Zerstörer dans leurs tâches diverses et variées, en Russie, en Afrique, en Italie, en Allemagne…

C'est avec le plus grand plaisir que le relais fut donné à Shane, Autruchon tout juste dégrossi :P, qui nous amena, au début de l'année 2008, au coeur d'un théâtre d'opération certes fictif, mais très ressemblant au front de la poche de Demiansk de 1942. Ainsi, la campagne de Nezhin (sur la belle carte de Kiev) éleva dans les airs les pilotes, à bord d'une grande variété d'avions de la Luftwaffe, au cours de missions très scénarisées et travaillées pour notre plus grand plaisir.

Puis, une campagne que tout le monde attendait vit le jour, celle des Tigres Volants. A l'automne 2008, Kasp fut à l'origine de missions mettant en scène essentiellement des P-40 de l'American Volunteer Group, mais aussi une multitude d'autres avions, comme les Buffalo, les Blenheim, les I-153, les Fiat Cr.42, les Ju-52.

Actuellement, les Autruches Volantes sont en pleine jungle birmane, la campagne Tigres Volants bat son plein.

les_autruches_en_campagne/deroulement.txt · Dernière modification: 2008/10/31 23:15 par av_bolger
chimeric.de = chi`s home Creative Commons License Valid CSS Driven by DokuWiki do yourself a favour and use a real browser - get firefox!! Recent changes RSS feed Valid XHTML 1.0